Blogue banner bière bouteille consigne consigneco
19 / 10 / 2020
19 / 10 / 2020

Le cycle de la bouteille de verre au Québec

L’ABC de la consigne

Au-delà de la vie et de la mort de la bouteille de verre, c’est tout un écosystème et une histoire qui entourent la consigne d’aujourd’hui. C’est tout un savoir-faire québécois qui vaut la peine d’être connu, par son impact quotidien sur l’environnement et sur l’économie de la province.

La bouteille brune de 341 ml est un exemple de CRM, ou contenant à remplissage multiple. C’est un contenant dont les caractéristiques et les propriétés font en sorte qu’il puisse être réutilisé jusqu’à 15 fois aux fins pour lesquelles il a été conçu à l’origine.

CRM

 

Le CRM diffère du contenant à remplissage unique (CRU). Ce contenant tel que mis en marché est, pour sa part, fait d’aluminium, de verre ou d’un même type ou d’une même catégorie de plastique, ou un contenant désigné comme recyclable par RECYC-QUÉBEC. Qu’il s’agisse d’une canette ou d’une bouteille en verre, dès que le contenu est à base de malt, le contenant doit être retourné chez le détaillant pour prendre le chemin de la valorisation de la matière.

CRU

Chemin de la valorisation, de quoi parle-t-on exactement ?

Lorsqu’on parle de « chemin de la valorisation », on trace l’ensemble de l’itinéraire d’une bouteille au cours de sa durée de vie.

chemin-de-la-valorisation (2)

 

Une refonte toute québécoise !

La bouteille brune bue à travers le Canada est faite à l’usine Owens-Illinois à Montréal. Près de 1 000 000 bouteilles sont produites chaque jour. L’usine de Montréal est importante pour le Québec : c’est plus de 400 employés syndiqués et plus de 20 M$ en retombées économiques pour le Québec.

La bouteille est toujours fabriquée au Québec. On stimule donc toujours l’économie québécoise, tout en réduisant notre empreinte écologique.

 

Comment créer une bouteille de verre :

(attention : à ne pas reproduire à la maison !) 

  1. Mélanger les matières premières : le sable, le calcaire et le bicarbonate de soude ; 
    Le sable utilisé provient d’une carrière à Saint-Canut, au Québec !
  2. Ajouter un peu de carbone pour colorer le verre brun, et du verre recyclé (aussi appelé « calcin ») pour l’environnement ;
  3. Mettre au four à 1 500 °C pendant 36 heures ;
  4. Une fois sortie du four, acheminer le verre fondu dans les machines de formage par gravité et mettre en goutte selon la grosseur du contenant ;
  5. Diriger la goutte de verre fondue dans un moule pour le prémoulage pour y donner la forme de la bouteille désirée et mettre en forme le goulot ;
  6. Transférer la goutte préformée dans un moule final ;
  7. Souffler le verre pour que la bouteille prenne sa forme ;
  8. Remettre la bouteille au four pour finaliser et chauffer l’extérieur du contenant afin qu’il refroidisse en même temps que l’intérieur de la bouteille, pour ne pas créer de stress et solidifier la bouteille ;
  9. Procéder à l’inspection du produit final ;
  10. Mettre en boîte et déposer sur des palettes.

Et voilà ! Votre bouteille est prête à être remplie de votre bière favorite.

 

Quelques statistiques intéressantes

5 % : À chaque fois que 10 % de verre recyclé est introduit dans la fabrication d’une bouteille, l’usine diminue ses émissions de CO2 de 5 %.

60 % : Pourcentage que nous utilisons de bouteilles recyclées pour en fabriquer de nouvelles.

100 % : Pour les contenants à remplissage unique (CRU), l’aluminium suit un canal de valorisation qui fait en sorte que 100 % de l’aluminium est réutilisable à l’infini.

 

Le saviez-vous ?

Il existe au Québec un système mixte de gestion de la consigne ! Alors que le système privé a été instauré au début du XIXe siècle pour la gestion des bouteilles des brasseurs québécois (pssst! tu peux en lire plus ici : consigneco.org/consigne-quebec-nest-dhier), le système public a été mis en place par le gouvernement pour répondre à plusieurs enjeux reliés à l’environnement en 1984. Depuis, les détaillants ont l’obligation non seulement de les reprendre, mais également de remettre en argent la valeur des retours de bouteilles consignées. Aujourd’hui, le Québec récupère en moyenne plus de 500 millions de CRU annuellement.

 

Rapporte ta consigne, sauve la planète (et sois payé pour le faire) !

L’incitatif économique de la consigne ne suffit pas à encourager certaines personnes à rapporter les bouteilles chez le détaillant. Cependant, l’enjeu de l’environnement en est un qui touche tout le monde. Le réemploi, la réutilisation et la récupération sont synonymes d’une réduction de l’utilisation des matières premières.

En effet, lorsque nous rapportons notre contenant consigné chez les détaillants, nous réduisons l’utilisation des matières premières nécessaires à la construction de la bouteille, comme le sable par exemple. Pour les CRU, l’aluminium suit un canal de valorisation qui fait en sorte que 100 % de l’aluminium est réutilisable à l’infini.

Pour en connaître plus sur les impacts de la consigne sur l’environnement, consulte notre article sur l’économie circulaire !

 

 crm_cru

retour Article précédent Article suivant retour