Timeline
11 / 07 / 2019
11 / 07 / 2019

La consigne au Québec, ce n’est pas d’hier!

Blogue

1808
Où est-ce qu’on signe ?

1808_V2

Pour éviter d’utiliser constamment de nouvelles bouteilles en provenance de l’Angleterre à des coûts élevés, l’industrie brassicole instaure un système de consigne privée de bouteilles de bière. Aujourd’hui, ce sont toutes les bouteilles de bière à remplissage multiple qui sont consignées. Elles sont ramassées chez les détaillants et les établissements licenciés, avant d’être lavées, réutilisées et remises sur le marché jusqu’à 15 fois !

1809

1809-1960

Côté histoire, il s’en passe des choses en 151 ans : la rébellion des Patriotes, l’industrialisation, les deux guerres mondiales, le duplessisme, le Refus global, le mouvement « peace and love », alouette !

Le modèle de consigne privée tel qu’on le connaît aujourd’hui fut mis en place dans les années 60 avec la fameuse bouteille de type « Stubby ». Entre 1944 et 1960, le développement accru des réseaux routiers au Québec a permis le transport des bouteilles d’une région à l’autre en fonction de la demande.

1984_V2

1984
Ça bouge enfin, qui l’eût CRU !

Les grands brasseurs sont parmi les partenaires de la consigne publique, instaurée presque deux siècles après sa petite sœur ! Depuis, il se ramasse en moyenne annuellement plus de 500 millions de canettes et de bouteilles à usage unique, appelées « CRU » dans le jargon de la consigne, pour « contenants à remplissage unique ».

2001_v2

2001
Après les bulles houblonnées, les bulles sucrées

Boissons Gazeuses Environnement (BGE) crée Consignaction afin de sensibiliser les consommateurs aux bienfaits de la consignation des contenants de boissons gazeuses à remplissage unique. Un grand pas pour la consigne – et pour l’environnement !

2011_1

2011
Parlons consigne

En 2011, à la suite d’une entente entre les brasseurs et RECYC-QUÉBEC, Consignéco voit le jour (c’est nous, ça !). Regroupant les membres de l’industrie brassicole du Québec, Consignéco est une association à but non lucratif qui vise à faire connaître la valeur économique, écologique et sociale de la consigne afin d’inciter les gens à rapporter les contenants de bière consignés chez les détaillants.

2018_v2

2018
Une consigne de première qualité

La consigne permet un tri à la source, sans mélanges, et limite les risques de contamination entre les matières, maximisant la qualité de la matière récupérée. Pas de centre de tri, pas de centre d’enfouissement ! Par ailleurs, la consigne est l’unique système permettant de recycler à 100 % la matière récupérée, et le recyclage des canettes en aluminium permet à lui seul d’économiser environ 95 % de l’énergie nécessaire pour produire des canettes neuves. Ce n’est pas rien !

aujourdui_option2_V2

Aujourd’hui
Ça marche… au bouchon !

Grâce à leur interdépendance et leur complémentarité, la consigne privée et la consigne publique se soldent aujourd’hui par des taux de récupération très élevés au Québec. Un total de 98 % des bouteilles brunes et de 72 % des contenants à remplissage unique (CRU) sont en effet recyclés.

aujourdui_option1_V2

La suite de l’histoire reste à écrire, mais on souhaite à la consigne des lendemains encore plus verts et solidaires !

retour Article précédent Article suivant retour